napoleon sainte helene autographe

(Napoléon Ier) / Retour de l'Ile d'Elbe

 
 

DROUOT Antoine (1774-1847). Général français.

 

Copie manuscrite d’époque de sa déclaration, Golfe Juan, 1er mars 1815, 2 pages in-4, déchirure au pli central avec légère perte de texte, encadrée (22 x 27 cm).

 

« Au Golfe Juan, 1er mars 1815

 

Les généraux, officiers et soldats de la garde impériale aux généraux, officiers et soldats de l’armée.

 

Soldats et camarades, nous vous avons conservé votre empereur malgré les nombreuses embûches qu’on lui a tendues ; nous vous le ramenons au travers des mers, au milieu de mille dangers. Nous avons abordé sur la terre sacrée de la patrie avec la cocarde nationale et l’aigle impérial. Foulez aux pieds la cocarde blanche, elle est le signe de la honte et du joug imposé par l’étranger et la trahison. Nous aurions inutilement versé notre sang si nous souffrions que les vaincus nous donnassent la loi !!!

Depuis le peu de mois que les Bourbons règnent, ils vous ont convaincus qu’ils n’ont rien oublié ni rien appris. Ils sont toujours gouvernés par les préjugés ennemis de nos droits et de ceux du peuple. ceux qui ont porté les armes contre leur pays, contre nous, sont des héros ! vous êtes des rebelles à qui l’on veut bien pardonner jusqu’à ce que l’on soit assez consolidé par la formation d’un corps d’armée d’émigrés, par l’introduction à Paris d’une garde suisse et par le remplacement successif de nouveaux officiers dans vos rangs (…)

 

Soldats de la grande nation, soldats du grand Napoléon, continuerez-vous à l’être d’un prince qui, vingt ans, fut l’ennemi de la France, et qui se vante de devoir son trône à un prince régent d’Angleterre (…)

 

Soldats, la générale bat et nous marchons ; courez aux armes, venez nous joindre, joindre notre empereur et nos aigles tricolores, et si ces hommes, aujourd’hui si arrogants et qui ont toujours fui à l’aspect de nos armes, osent nous attendre, quelle plus belle occasion de verser notre sang et chanter l’hymne de la victoire !… » 


Vendu