Champfleury (Jules)

(1821-1889)
Écrivain français.

Lettre autographe signée, Sèvres, 16 décembre 1877, à « Louis Lucas, rédacteur de L’Investigateur, Journal de la Société des Études historiques », 1 page in-8, en-tête du « Ministère de l’Instruction Publique et des Beaux-Arts, Manufacture Nationale de Porcelaine », enveloppe autographe jointe. 

 

« Monsieur,

Ainsi que le dites judicieusement, toute chose humble ou éclatante a sa valeur ; l’important est de lui assigner son rang. Le petit (vase ?)  de petit centre sera toujours intéressant s’il veut bien tenir sa place au degré de l’échelle qui lui est attribué ; c’est ce que vous avez bien marqué dans votre étude sur la Manufacture de Vron et la monographie qui lui a consacrée M. Charles Wignier.

Je vous remercie, Monsieur, de m’avoir mis à même de connaître cette étude dans laquelle vous traitez avec tant de sympathie les quelques avis que je donnai à M. Wignier. Je vous serai très obligé, vu la difficulté de se procurer dans la librairie parisiennes les tirages à part, s’il vous était possible de m’en faire parvenir un pour la Bibliothèque de la Manufacture de Sèvres que je m’efforce de rendre aussi complète que possible en études de cet ordre. 

Veuillez, je vous prie, Monsieur, agréez les marques de mes meilleurs sentiments.

Champfleury ». 

 

Tout en poursuivant sa carrière d'homme de lettres, Champfleury se spécialise dans l'art de la faïence et apparaît bientôt comme une autorité en la matière. En 1872, il est nommé « chef des collections de la manufacture de Sèvres » puis, en 1876 « conservateur du musée et des collections à la Manufacture » et, enfin, sous-administrateur en 1887, poste qu'il occupe jusqu'à sa mort. Lui-même grand collectionneur, il ironise sur sa propre manie dans un roman autobiographique, Le Violon de faïence.


180 €