Hugo (François-Victor)

(1828-1873)
Fils cadet de Victor Hugo, journaliste et traducteur de Shakespeare.

Lettre autographe signée « Victor », Hauteville House, 14 août 1860, à Émile Deschanel, 2 pages in-8.

 

Sur sa traduction des Oeuvres complètes de Shakespeare.

 

« Que de remerciements ne vous dois-je pas, mon cher Deschanel, pour le ravissant article où vous m’avez cité et critiqué avec tant de sympathie, avec tant de talent ! Vous ne me rendez pas seulement heureux, vous me rendez fier. Quel honneur pour mon humble prose d’avoir été non la cause, mais l’occasion de pages si belles (…) Je me félicite de ce que j’ai écrit quand je lis ce que je vous ai inspiré. Pardonnez-moi cet amour propre. La lecture de votre article a été ici une vraie fête de famille. Tout le monde s’arrachait votre feuilleton comme on se fût disputé votre conversation. Si nous n’avions plus le bonheur de posséder votre personne, nous retrouvions du moins tout votre esprit, et je vous laisse à juger s’il a été le bienvenu.

Nous causons souvent, bien souvent de vous, mon cher Deschanel. Nous nous rappelons les heures trop courtes que vous avez passées ici, et une chose atténue notre tristesse, c’est l’espérance des trois mois que vous nous avez promis pour l’année prochaine. N’oubliez pas cette promesse : l’exil ne vous en tient pas quitte.

Sans adieu donc, ami, laissez-moi vous embrasser fraternellement. 

Victor.

P.S. : les Sonnets de Shakespeare vous seront remis prochainement par un de nos amis qui doit incessamment quitter Guernesey pour Paris… ».


Vendu