Lenoir (Jean-Charles-Pierre)

(1737-1802)
Administrateur, lieutenant général de police.

Lettre signée, Paris, 24 mai 1768, à M. Hureau de Livry, procureur du Roi à Montrais, 1 page in-4.

 

Au sujet d’un homme suspecté de vagabondage.

 

« J’ai reçu Monsieur, la copie du jugement présidial du 16 de ce mois qui accorde au M. Antoine Follet un mois de délai pour justifier de ses vie et moeurs, ce parti suppose que les réponses de ce particulier ont laissé du doute sur la qualité de vagabond. M. le vice-chancelier ne peut que s’en rapporter à la prudence des juges qui ont cherché à s’éclairer avant de se décider à son égard.

Je suis avec une parfaite considération, Monsieur, votre très humble et très obéissant serviteur.

Lenoir ». 

 

Lenoir reprend la charge de lieutenant général de police de Paris après Sartine le 30 août 1774. Il quitte cette charge en mai 1775 pour devenir conseiller d'Etat. Ce départ rapide serait dû à quelques désagréments qu'il éprouve de la part du baron de Breteuil, ministre de la Maison du Roi. Il paie d'une courte disgrâce son désaccord avec le libéralisme économique de Turgot. Reprend la charge de lieutenant général de police le 19 juin 1776. Il est lié d'amitié avec M. de Calonne, contrôleur général des Finances, qui le consulte sur les matières relatives aux approvisionnements, à la police des graines et à l'administration financière de Paris. Tous les établissements concernant l'approvisionnement, la bonne tenue des halles et des marchés, la salubrité, l'arrosement, l'éclairage, les incendies, les secours publics lui doivent de nombreuses améliorations. Le Mont-de-Piété lui doit son existence.


220 €