Le Breton (Auguste)

(1913-1999)
Écrivain, spécialiste de l'argot, dialoguiste et scénariste français.

« Coffre-fort. (Chalumeau périmé) », Manuscrit autographe avec dessin, sans lieu ni date, 4 pages in-4. Ratures et corrections.

 

Auguste Le Breton intervient sur le scénario d’un film au sujet d’un casse de coffre-fort et dans le but de prolonger le suspens pour les spectateurs. 

 

 

« Coffre-fort. (Chalumeau périmé)

Quoi que excellent en soit, et efficace, le travail du Pont ne peut être retenu pour notre film. Je m’explique : le spectateur n’accordera pas la crédibilité voulue et il s’étonnera qu’une porte blindée d’un coffre-fort s’ouvre si facilement.

Par ailleurs le travail en est trop rapide et nous gênera pour placer nos suspenses. 

À part le perçage du trou et le taraudage, le tout n’est pas spectaculaire.

 

Au contraire le travail dit de la PINCE À HOMARD offre tout ce que nous désirons.

Le travail en est plus long et plus angoissant : 1ere phase il faut desceller le coffre   ; du mur. et le coucher en avant lentement, très lentement sur des couvertures et des tapis. Pour avoir la partie la plus vulnérable du coffre c’est à dire la paroi adhérant au mur ou le dessous.

Nous travaillerons sur la paroi arrière. Perçage de plusieurs trous. Lame scie à la main. Lames de rechange. Et casser une ou deux en cours d’exécution. Et découpage du coffre comme avec un ouvre-boîte… »

 

trois films auxquels Auguste Le Breton a participé ont des scènes relatives à l’ouverture d’un coffre-fort : Bob le flambeur (1956) et Cercle Rouge (1970) de Jean-Pierre Melville et du Rififi chez les hommes (1955) de Jules Dassin.

300 €