Cabaret du Chat Noir

Montmartre
(1881-1897)

SAINT-GEORGES DE BOUHÉLIER (1876-1947). Poète, romancier et auteur dramatique français.

 

Lettre autographe signée, mars 1897, à Ernest La Jeunesse, 2 pages 1/2 in-8 sur papier vert.

 

« Ce burlesque et mélancolique cabaret… »

 

« Mon cher La Jeunesse,

Vous avez publié, hier, une page, qui m’a enchanté tout à fait. À cause de la verve abondante et de son lyrisme un peu malicieux, et aussi, vous le pensez bien, parce que vous y remémorez d’anciennes soirées, écoulées au Chat-Noir, dans ce burlesque et mélancolique cabaret. Il est vrai que nous y avons vécu d’une manière beaucoup plus sérieuse que le crut la compagnie. Celle-ci, médiocre, insupportable, nous rendait plus chers les héros, et nous portait à aimer davantage les personnages de de modestie et d’innocence. Vous avez discerné ce sentiment. Vous l’avez sans doute, éprouvé vous-même, pour votre propre compte (…)

Saint Georges de Bouhélier ». 

 

Le Chat noir était un célèbre cabaret de Montmartre, fondé en novembre 1881 par Rodolphe Salis qui fut aussi à l'origine de la revue hebdomadaire du même nom. Une goguette, la Goguette du Chat Noir, se réunissait dans ce cabaret.

Deux ans après la mort de Rodolphe Salis survenue en 1897, le cabaret est racheté par le chansonnier montmartrois Henri Dreyfus dit Fursy et rebaptisé La Boîte à Fursy.

On trouvait au Chat-Noir les peintres Willette, Henri Pille, Nestor Outer, les chansonniers Aristide Bruant (qui créa la chanson emblématique Le Chat noir), Jules Jouy, Léon Durocher, Pierre Trimouillat, Dominique Bonnaud, Jean Goudezki et son ami l'humoriste Alphonse Allais et les poètes Saint-Georges de Bouhélier, Georges Lorin, Charles Cros, Albert Samain, Maurice Rollinat, Maurice Mac-Nab, Jean Richepin, Jean Floux etc. Léon Bloy fut un habitué. Il publia dans la Revue du Chat-Noir de nombreux articles de critique littéraire repris pour la plupart dans ses Propos d'un entrepreneur de démolitions (1884). Rodolphe Salis eut l'idée d'installer un piano, ce qui était une première dans un cabaret, de sorte que la chanson de cabaret vit véritablement le jour au Chat-Noir


250 €