Sorel (Georges)

(1847-1922)
Philosophe et sociologue français. Théoricien du syndicalisme révolutionnaire et un des principaux introducteurs du marxisme en France.

Lettre autographe signée, 19 mai 1918, à un « cher ami », 4 pages in-8. 

 

Longue et intéressante lettre au sujet de Karl Marx et de ses théories économiques.

 

« Mon cher ami,

Puisque ma dernière lettre vous a intéressé, je vais la poursuivre mais je n’oserais m’aventurer à écrire un article (…) Dans ma dernière lettre, j’avais essayé de montrer que les formules de Marx qui ont l’air d’être absolues, dépendent de préoccupations que l’on pourrait nommer accidentelles puisqu’elles doivent être interprétées en se reportant à des situations historiques devenues plus ou moins difficiles à reconnaître. l’illusion qui a tant de fois fait errer les marxistes, se trouve également dans beaucoup d’auteurs du XVIIIe siècle, notamment chez Montesquieu  et elle parait avoir pour origine des habitudes d’exposition des scolastiques, toujours disposés à supposer que l’absolu est une des conditions essentielles de la vérité.

Je voudrai aujourd’hui examiner quelques uns des ressorts par lesquels Marx a pu donner prix à l’accusation de pangermaniste. Il faut savoir tout d’abord que les hégéliens croyaient fermement posséder la seule méthode philosophique qui permettait d’arriver à une pratique conforme à ma raison (…) Ils étaient d’accord pour regarder les autres écoles comme des foyers d’illusions dangereuses. Il résulte de là que Marx devait avoir un profond mépris pour les peuples qui n’avaient pas été fortement touchés par la philosophie hégélienne. Je crois que c’est dans cet ordre d’idées qu’il faut chercher la raison du dédain qu’il a si souvent manifesté pour les Slaves beaucoup plus préoccupés de littérature sentimentale que de philosophie. S’il avait assez vécu pour voir Tolstoi transformé en grand pontife des réformes sociales, il aurait estimé que les Slaves ont prouvé amplement leur incapacité socialiste. Quant aux socialistes allemands (…) il faut reconnaître  qu’ils n’ont pas tout à fait tort. Si l’on admet les hypothèses que faisait Marx sur l’évolution économique moderne, suivant lui, le capitalisme actuel serait caractérisé par la prédominance des organisations de la production (…) La décadence de Venise et de la Hollande proviendrait surtout de ce que ces deux pays devinrent des manieurs d’argent, lorsque les conditions économiques modernes ne leur permirent plus d’être à la tête d’une production prolétarienne. Si l’avenir prochain est au socialisme, c’est que suivant Marx, (?) prend de plus en plus le pas sur l’économie. Les écrivains bourgeois qui prétendent démontrer l’absurdité du socialisme supposent au contraire que la production ne peut prospérer que sous la direction des financiers.

L’époque actuelle annoncera une décision en faveur de l’une ou de l’autre de ces hypothèses. L’Angleterre et l’Amérique voudraient assurer la domination définitive du manieur d’argent, la bourgeoisie française n’a plus de goût que pour les bons placements (…)

Si vous voyez M. Fleuret, recommandez-lui le dernier livre de Léon Daudet, « La Guerre totale » (…) Daudet n’écrira jamais comme Flaubert (…)

Sorel ». 


Vendu