Napoléon Ier

(1769-1821)
Empereur des français

Document signé « NP » sur un « Rapport à l’Empereur » signé du Grand Maréchal Henri Bertrand, Porto-Ferrajo (île d’Elbe), 13 juillet 1814, 1 page in-folio.

 

Curieux document sur les malades vénériens de la Maison de l’Empereur.

 

« Rapport à l’Empereur

Lorsque les gens de la maison allaient à l’hôpital, la Maison payait leurs journées à l’hôpital mais elle ne faisait de retenues qu’aux vénériens auxquels on ne payait que la moitié de leurs gages.

Pour se conformer à l’ancien usage, j’ai l’honneur de proposer à votre Majesté.

1° de payer à l’hôpital militaire pour les gens de la Maison, 25 sols par journée de malade. Le général Drouot evalue à ce taux la dépense au compte de l’hôpital.

2°D’exercer sur les vénériens une retenue de la moitié de leurs gages et de former de cette retenue un fond qui serve à payer les journées d’hôpital.

3° de faire payer l’excédent de la dépense par les budgets de la maison.

Il y a dans ce moment à l’hôpital, 2 fiévreux et un vénérien.

(…)

Bertrand ».

 

En marge : « J’approuve qu’on fasse une retenue sur les gens de la Maison qui vont à l’hôpital pour des maladies vénériennes. Je ne vois aucune nécessité de donner 25 sols à l’hôpital. Ils auront les vivres comme tous les autre malades ainsi que les 50 centimes que je donne pour mêmes dépenses. La Maison n’aura donc rien à donner pour cela.

(…)

NP ».

 

A la suite du traité de Fontainebleau (11 avril 1814) et de sa première abdication, Napoléon est déchu du trône de France et se retrouve à n’exercer le titre d’Empereur que sur la petite île d’Elbe où il est exilé. Il y arrive le 3 mai 1814. Durant l’été, Napoléon administre sa principauté comme un véritable État. 


Vendu