Mata Hari

(1876-1917)
Danseuse, courtisane et espionne allemande. Elle fut fusillée.

Lettre autographe signée, (Prison de Saint-Lazare), mardi 4 juin (1917) à Maître Édouard Clunet, avocat à la cour ; 1 page in-folio (petite déchirure réparée au bord supérieur), enveloppe autographe.

 

Très rare et exceptionnelle lettre de Mata Hari alors emprisonnée et clamant son innocence.

 

« Je suis innocente. Je vous le jure !… »

 

« Cher Maître,

Je suis presque folle. Veuillez me pardonner si je vous adresse une question. C’est, de vouloir bien me dire si ma demande pour la liberté provisoire basée sur les points que j’ai données, a, de la chance à être accueillie favorablement oui - ou non. Parce que ma souffrance est trop intense. Je n’en peux plus. Et je préfère me tuer dans la cellule, une nuit. Je suis innocente. Je vous le jure ! Mais je ne veux plus souffrir aussi ignoblement. je préfère la mort.

Respectueusement,

votre

Mata Hari ».

 

Arrêtée par Pierre Bouchardon le 13 février 1917 à Paris pour espionnage et complicité d’intelligence avec l’ennemi, Mata Hari est incarcérée à la prison de Saint-Lazare. Accusée d’espionnage au profit de l’Allemagne, Mata Hari passe du statut d’idole à celui de coupable idéal dans une France traumatisée par la Guerre et dont l’armée vient de connaître d’importantes mutineries après l’échec de la bataille du Chemin des Dames. Mata-Haro sera défendue par son avocat et ancien amant Édouard Clunet. Après une enquête sommaire, elle sera condamnée à mort pour intelligence avec l’ennemi en temps de guerre. Son exécution a eu lieu le 15 octobre 1917 au polygone de Vincennes.

Vendu