Napoléon Ier

(1769-1821)
Empereur des français

Lettre signée « Nap », Paris, 27 mars 1815, au comte Réal, Préfet de Police, 1 page in-4. Rare lettre au début des Cent-Jours dans laquelle Napoléon donne ses ordres contre les royalistes.

 

« Chassez les de Paris, faites en arrêter une centaine des plus dangereux… »

 

« Monsieur le Comte Réal,

Paris est plein d’hommes qui ont servi dans la maison du Roi, et qui ont été ses agents. La Préfecture de Police dort. Chassez les de Paris, faites en arrêter une centaine des plus dangereux. Où est Desmarets (Pierre-Marie Desmarets, chef de division à la Police générale et député de l’Oise). Il est nécessaire d’avoir une personne qui connaisse les chouans afin de faire rentrer dans les prisons ce reste impur de guerre civile et de brigands qui y avait été retenu. Il est fâcheux que vous perdiez des moments aussi précieux que les premiers moments.

À Paris ce 27 mars 1815.

Nap ».

 

Parti de l’ile d’Elbe, Napoléon avait débarqué en France au Golfe Juan le 1er mars. Il rentre en triomphe à Paris le 20 mars. Le lendemain alors qu’il met de l’ordre dans ses papiers, plusieurs témoins l’entendront répéter : « Pauvre France ! ».  Napoléon travaille non sans mal à reprendre le contrôle de l'administration. Le corps préfectoral est épuré : l'empereur révoque 61 préfets le 6 avril, mais le reste du personnel administratif ne suit pas.

Il est hors de question de rétablir purement et simplement l'empire autoritaire tel qu'il était jusqu'en 1814. Le pays est maintenant divisé entre royalistes, bonapartistes, jacobins et libéraux. Malgré ses appels au peuple au cours de sa marche vers Paris, Napoléon se méfie des élans révolutionnaires et préfère s'appuyer sur les notables.



5.000 €