Couthon (Georges)

(1755-1794)
Homme politique et révolutionnaire français.

Lettre autographe signée, (Clermont-Ferrand), 30 octobre 1790, à Jean-François Gaultier de Biauzat, 2 pages 1/2 in-4, adresse au dos et cachet de cire rouge. Rare lettre de Couthon au député de la Constituante et maire de Clermont-Ferrand.

 

« Monsieur et cher ami,

Vous ne doutés pas de ma bonne volonté à vous être utile dans la personne de M. Arnaud, si je le puis, jusqu’à présent, mon crédit a été assés passif. je ne sais pas si j’entrerai à la municipalité, nous procédons aujourd’huy au scrutin, j’ai beaucoup de voix chez nous, et s’il en est de même ailleurs je crois bien pouvoir vous assurés qu’au courrier prochain je vous annoncerai que je suis sous votre présidence.

Je vous prie de ne pas perdre de vue l’affaire de Mr. de Chazot. Il se joint à moi pour vous y engager et me charge de vous témoigner, et toute sa reconnaissance, et son vif désir de vous connaitre, et se lier d’amitié avec vous. Quand vous en sorés là je vous féliciterai de bon coeur, car je ne crois pas qu’on puisse trouver un aussi digne homme que lui.

 

Il m’est revenu que le comité des finances, ou des domaines cherchent à arriver par tous les moyens possibles à une connaissance parfaite de cette partie, l’on m’as même assuré que, dans sa délicate sagesse le comité avait visité différents directeurs de province de venir conférer avec les membres et leur faire part de leurs lumières. S’il en est tenus, vous me rendrés un véritable service d’ami de voir mr le président du comité, et de lui indiquer Mr de Saignes directeur de notre ville, comme un de ceux de qui le comité peut attendre plus d’éclaircissements exacts : j’ai l’honneur de connaître mr de Saignes pour un homme aussi honnête que juste, et instruit, mais ce qui m’a surtout inviolablement attaché à lui c’est le bien que je lui ay vu faire, c’est qu’il s’est constamment montré bon, et utile citoyen. Je lui dois personnellement de la reconnaissance (…)

Couthon ». 

 

Précoce partisan de la Révolution, Georges Couthon est choisi pour représenter sa paroisse d'Orcet pour les élections aux états généraux. Membre du conseil municipal permanent de Clermont-Ferrand le 14 juillet 1789, il est élu troisième officier municipal de Clermont-Ferrand dès le premier tour de scrutin le 24 janvier 1790 ; en l’absence de Jean-François Gaultier de Biauzat, Couthon préside souvent le conseil municipal. En mars 1790, il est l'un des initiateurs de la « Société populaire des Amis de la Constitution », affiliée au club des Jacobins. Le 8 novembre suivant, il devient juge président du tribunal du district de Clermont-Ferrand. 

Couthon sera élu député du Puy-de-Dôme à l’Assemblée législative le 9 septembre 1791. Date à laquelle il quitte Clermont-Ferrand pour s’installer à Paris. 


1.200 €