Lafayette lettre autographe

La Fayette (Général)

Gilbert du Mortier, marquis de (1757-1834)
Général et homme politique français

Lettre autographe signée, (Paris), 15 octobre (1820), à un « cher ami », 1/2 page in-4. Belle lettre au sujet d’un projet de réorganisation des gardes nationales. 

 

« Sans cette réorganisation l’indépendance et la liberté française seront toujours en péril… »

 

« Je viens de voir M. Duplan avocat qui a présenté plusieurs pétitions à la dernière session, et qui se propose de causer avec vous, mon cher ami, sur une pétition étendue, une consultation dont il s’occupe pour demander la réorganisation des gardes nationales sur les bases de 91. Vous verrez par le petit écrit ci-joint que le texte vaut de mes commentaires recueilli par leur député. C’est le point auquel le Cour a le plus de répugnance tant par les souvenirs passés que par les craintes futures de ce grand moyen d’indépendance et de liberté. 

je suis fort avis que M. Duplan se propose de prendre vos conseils sur toutes cette affaire. Il faudra des démarches fortes, nombreuses et très précises pour obtenir non seulement du gouvernement mais de la Chambre elle même une détermination favorable, ce néanmoins sans cette réorganisation l’indépendance et la liberté française seront toujours en péril. Bonjour et mille tendres amitiés.

Lafayette ».

 

En 1820, l’avocat Duplan avait été condamné à trois mois de prison pour la publication d’une pétition à la Chambre des députés qui demandait le rétablissement de la garde nationale. Lafayette prononce durant la même période un discours sur la réorganisation des gardes nationales, sur le maintien de la loi d’élection, sur les projets de lois relatifs à la liberté individuelle et à la censure. Sa relative impuissance influencer la vie politique et son ressentiment de plus en plus fort à l’égard des hommes et du sytème de la Restauration le précipite dans l’opposition et le complot. 


Vendu