Alexandre (Arsène)

(1859-1937)
Journaliste, critique d'art et collectionneur français.

Lettre autographe signée, au journaliste Jules Huret, dimanche (12 juillet 1908), 2 pages in-8.

 

« Le génie qu’est-ce que c’est, sinon de l’expression, de l’entrain et de la clarté… »

 

« Mon cher ami,

Je reconnais le bon, le charmant et l’obligeant camarade que vous êtes, et je vous remercie d’abord de tout coeur d’avoir ainsi pensé à moi. D’ici très peu de jours je vous dirai si je puis aller en Amérique ; je ne peux vous le dire en ce moment même parce qu’une affaire est en train pour moi, dont je vous parlerai aussi, qui m’empêchera peut-être d’accepter. Mais puisque vous avez eu la bonté (je dis le mot sérieusement et pas banalement) de penser à moi, je vous demande de me considérer encore jusqu’à nouvel ordre et de me présenter à vos amis encore comme le conférencier de votre choix (…)

Cher Huret, comment allez-vous et ceux qui vous sont chers ? Vous ne le dites pas ? Je pense souvent à nos promenades de Berlin et d’ailleurs. Récemment j’ai fait la rencontre de Dubreuil (probablement le jeune peintre Pierre Dubreuil) chez Vogel, et je l’ai entendu enfin. C’est vrai qu’il a du génie, car le génie qu’est-ce que c’est, sinon de l’expression, de l’entrain et de la clarté. J’aime la nature nette et lumineuse et parlante de son art. Vraiment je voudrais trouver quelque chose de très bien pour le mettre en oeuvre avec lui. J’avais pensé à un Daphnis et Chloé mais je ne lui en ai pas parlé. Qu’en pensez-vous ? (…)

Arsène Alexandre ».

 
120 €