marcel proust autographe

(Proust Marcel) - Louis de Robert

(1871-1922)
Ecrivain français

Lettre autographe signée, Sannois, (1931), à Jean Rostand, 2 pages in-12, en-tête gaufrée à son adresse.

 

« Mon cher Jean,

 

J’ai un mauvais caractère, parfois susceptible, incommode à moi-même, mais je vous aime bien et n’oublierai jamais les marques d’amitié que vous m’avez données, vous et votre femme, au moment où j’ai perdu ma pauvre maman. Paul vous a t-il fait la commission dont je l’avais chargé pour vous ?

Mon silence lorsque vous m’avez envoyé votre livre venait de ce que vous étiez demeuré pareillement silencieux lorsque je vous ai envoyé Le Supplice des bourgeois (son roman, publié en 1927). Raison mesquine je le reconnais. Je me souviens que Jules Renard m’écrivit un jour pour se plaindre que je ne lui avais pas donné mon avis sur Ragotte (1907). J’étais privé de sommeil et redoutais de toucher une plume.

je pensais : « comme il est exigeant, comme il est susceptible ! » Sans lui ressembler, voici qu’avec vous je l’ai un peu imité. C’est votre faute. Teindrai-je à votre suffrage si je ne vous admirais pas ?

 

Il m’est arrivé à moi-même de garder le silence à propos d’un de vos livres parce que, si je vous avais écrit, cela m’aurait entrainé à en discuter les idées. Je l’ai dit à Paul dans une lettre qu’il vous a communiquée et vous avez répondu : « Les remarques de Louis de Robert s’appliquaient beaucoup plus à certain de mes livres précédent au sujet desquels il m’a écrit » Cela est vrai mais à cette époque là, je vous prenais pas très au sérieux. Aujourd’hui c’est différent. 

Tout cela est sans importance. J’ai prié Paul de vous dire que j’avais pensé à vous cet été et que vous en trouveriez la preuve à la fin de Journal d’un mari (qui paraitra en 1932) où je vous invoque en ne vous désignant que par vos initiales. Cette petite chose à cette place vous touchera peut-être.

Bien affectueusement (…)

Louis de Robert ». 

 

Louis de Robert fut un ami intime de Marcel Proust. Lié avec Pierre Loti (dont il fut le secrétaire), Daudet puis Zola, Louis de Robert rencontra Proust en 1897. Dreyfusard comme lui, il lui présenta le colonel Picquart, tandis que de son côté Proust l’introduisit dans le salon de madame Arman de Caillavet. Il se virent beaucoup jusque vers 1900, date à laquelle une grave maladie obligea Louis de Robert à vivre retiré. Il renoua avec Proust en 1911 à l’occasion de la parution de son Roman du malade qui obtint le prix Femina, mais prit à nouveau ses distances après la parution de Sodome et Gomorrhe

 

Lecteur critique de Proust, il entretint une correspondance suivie avec son ami qui eut à coeur de justifier auprès de lui ses choix littéraires dans d’importantes lettres. C’est lui qui lança la querelle sur le style de Flaubert qui aboutit au célèbre article de Proust publié en 1920. 


250 €