Lazowski (Claude-François)

(1752-1793)
Révolutionnaire français d'origine polonaise. Il dirigea l’artillerie contre les Tuileries le 10 août et prit une part active aux Massacres de Septembre. Robespierre prononça son éloge funèbre.

Deux très rares documents relatifs à la pompe funèbre de Lazowski

 

*Une Lettre autographe signée de Jean-Baptiste Avril membre de la municipalité de Paris à Madame Palloy (femme du célèbre entrepreneur), 26 avril 1793, 1/2 page in-folio, petite vignette et en-tête de la Municipalité de Paris : 

 

« Je prie Madame Palloy de remettre au Citoyen Renard garçon de bureau de mon département le drap tricolore qui doit couvrir le lit de repos pour la cérémonie du Citoyen Lajowski (sic). Elle obligera son concitoyen.
Avril.

Administrateur des travaux publics ».

 

*Une Lettre autographe signée de Jean-Nicolas Pache, alors maire de Paris, au général Santerre, commandant de la Garde nationale parisienne, Paris, 27 avril 1794, 1 page in-4, adresse au dos : 

 

« Le Conseil général a précédemment arrêté, Général, qu’il serait fait une pompe funèbre au citoyen Lazowski. Cette cérémonie a été fixée à demain dimanche. Les administrateurs des travaux publics, ont été invités par le corps municipal à se concerter avec vous pour la part pour laquelle la force armée devrait y concourir. je vous prie de vouloir bien convenir entre vous et de faire demain les dispositions en conséquence.

Pache ». 

 

Lazowski mourut des suites d'une maladie dans la maison qu'il venait d'acheter à Issy. Les circonstances de sa mort ayant été jugées troubles, l'assemblée électorale à laquelle appartenait Lazowski demanda à plusieurs de se membres médecins de vérifier les causes du décès ; après une autopsie, les médecins et les chirurgiens conclurent à un « engorgement inflammatoire, dont le siège principal était aux parties praecordiales ». La mort d'un homme considéré comme un héros causa un grand émoi, et des rumeurs d'empoisonnement circulèrent. Madame Roland, et à sa suite toute l'historiographie royaliste, prétendit que sa mort était due à sa vie déréglée, en particulier à un abus d'alcool.

Des funérailles publiques furent votées par la Convention; l'organisation de la cérémonie fut confiée à David. Elle eut lieu le 28 avril. Robespierre, qui l'appréciait, prononça son éloge funèbre. Il avait déjà pris sa défense à la Convention quand Vergniaud l'avait attaqué. Par ailleurs, peu avant sa mort, Lazowski avait créé avec Maurice Duplay, logeur de Robespierre, une société pour l'achat d'une imprimerie située au no 355 de la rue Saint-Honoré9. Enfin, la Commune de Paris adopta officiellement la fille du défunt. Celle-ci mourut célibataire à Paris le 25 juillet 1849.



500 €