napoleon autographe

(Napoléon Ier) / Mariage

Mariage de Napoléon Ier et de Marie-Louise
1810

HUDELIST Josef von (1759-1818). Politicien et diplomate autrichien. Principal collaborateur de Metternich au congrès de Vienne.


Visa autographe signé en qualité de conseiller d’État autrichien, Vienne, 16 avril 1810, 1/2 page in-folio, cachet de cire rouge. 


« Nous avons cru ne pouvoir commettre personne qui puisse nous représenter plus dignement dans une occasion aussi solennelle que - Notre cousin le sérénissime Prince Impérial Charles Louis, Archiduc d’Autriche…. »


Visa authentifiant et faisant suite à la copie officielle d’une pièce de Napoléon Ier (palais des Tuileries, 25 février 1810, 1 page 1/2 in-folio) donnant procuration à l’archiduc Charles d’Autriche pour le représenter lors de son mariage civil avec l’archiduchesse Marie-Louise à Vienne avant le mariage religieux à Paris : 


« Napoléon, par la grâce de Dieu et les Constitutions, Empereur des Français, Roi d’Italie, Protecteur de la Confédération du Rhin, Médiateur de la Confédération Suisse, à tous ceux qui ces présentes verront salut :

Le mariage que nous avons désiré contracter avec Notre très-chère et très-aimée bonne soeur Marie-Louise d’Autriche, ayant été définitivement arrêté entre Nous et Notre très cher entrés aimé bon frère l’Empereur d’Autriche, Roi de Bohême et de Hongrie, son Père, il est nécessaire pour accomplir le dit mariage conformément aux stipulations des articles qui ont été signés à Paris le 7 février 1810, par Mr de Champagny, duc de Cadore, notre Ministre des relations extérieures, et par Mr le Prince de Schwarzenberg, ambassadeur d’Autriche, que nous nommions un Prince qui puisse assister, en notre nom, à la célébration qui doit en être faite, et pour y donner et constater notre consentement à cet effet.

Nous avons cru ne pouvoir commettre personne qui puisse nous représenter plus dignement dans une occasion aussi solennelle que - Notre cousin le sérénissime Prince Impérial Charles Louis, Archiduc d’Autriche, Prince royal de Hongrie et de Bohême, oncle de notre très chère et très aimée bonne soeur, Marie Louise d’Autriche, qui rassemble en lui toutes les qualités que nous pouvons désirer pour nous représenter dans une cérémonie aussi auguste et aussi éclatante.

En conséquence, nous nommons et constituons notre dit cousin (…) pour assister en son nom à la célébration dudit mariage, y donner notre consentement plein et entier et à l’effet de faire et de régler tout ce qui sera jugé convenable et nécessaire pour la cérémonie et la validité dudit mariage (…) Donné en notre Palais des Tuileries le 25 février 1810. Signé : Napoléon ». 

 

Napoléon Ier avait divorcé officiellement de Joséphine de Beauharnais  le 20 décembre 1809. Soucieux de fonder une dynastie, Napoléon cherche rapidement à se remarier. Son choix se porte sur l’archiduchesse Marie-Louise, 17 ans et fille de l’empereur d’Autriche. Un premier mariage est d’abord célébré par procuration dans l’église des Augustins à Vienne le 11 mars 1810. Napoléon choisit comme témoin son ancien ennemi l’archiduc Charles, oncle de Marie-Louise et ancien commandant des troupes autrichiennes qui ont tenu tête à Napoléon à Aspern mais ont été défaites à Wagram.

 

500 €