Lacuée (Jean-Gérard)

(1752-1841)

Homme politique, général de division et ministre de l’administration militaire sous Napoléon



Deux lettres autographes signées à monsieur de Saint-Amans à Agen :

 

1/-Lettre autographe signée, Paris, 17 brumaire an IV (8 novembre 1795), « Lacuée Rpt (représentant) du peuple au cit. St Amans », 3 pages in-8, adresse.

 

Superbe lettre de Lacuée donnant son avis sur la situation de la France et le tout nouveau régime fondé par la constitution de l’an III baptisé Directoire.

 

« Notre directoire aime je crois la liberté, mais je ne lui crois pas un grand génie… »

 

« Je crois, mon cher St Amans, vous avoir remercié de ce que vous m’avez dit de flatteur au sujet de ma nomination au corps législatif (…) Nous voilà en pleine constitution. La maintiendrons-nous, je le désire comme la vie, mais je n’en suis pas sûr comme de la mort. Les finances, la disette des subsistances, le découragement des armées, un désespoir populaire tout cela est à craindre, et chacun de ces maux nous culbuteront. 

La paix avec l’étranger nous donnerait de grandes certitudes, mais j’ai peur que nous serons trop exigeants. On parle beaucoup d’une révolte à Londres, mais on en a si souvent parlé que je n’y croirai que lorsque Pitt (William Pitt) aura été culbuté avec son patron.

(…)

Nous avons fait hier pour la première fois fait usage du véto : mais nous y avons mis des formes si douces que nous aurons toute la gloire du courage et des procédés.

Le conseil des anciens sera bon et ferme. Notre directoire aime je crois la liberté, mais je ne lui crois pas un grand génie.

les ministres sont en général assez bons : celui de la guerre (Aubert du Bayet) est (…) meilleur guerrier que grand administrateur. Vous ne me blâmerez pas je l’imagine d’avoir refusé cette place mais vous me blâmeriez si je refusais au ministre et au directoire mes conseils et mes avis… »

 

2/-Lettre autographe signée, Paris, 11 germinal an 13 (1er avril 1805), 2 pages in-8, en-tête « J.G. Lacuée, Conseiller d’Etat, Président de la section de la Guerre, adresse.

 

« À mon retour de Milan où je vais avec l’empereur… »

 

« Le préfet mon frère et vous, mon cher St Amans, êtes avec raison mes directeurs pour tout ce qui touche au département ; vous êtes tous d’accord sur le mérite de Mr La Laurentie, vous le demandez tous trois, ainsi me voilà décidé en sa faveur.

je ne sais mon cher St Amand, si un projet que j’ai conclu pourra être exécuté ; ait celui d’aller vous voir et vous embrasser à mon retour de Milan où je vais avec l’empereur…. ».

 

Napoléon Bonaparte se rendait en effet à Milan pour y être couronné roi d’Italie (25 mai 1805). 



300 €