Couthon (Georges)

(1755-1794)
Homme politique et révolutionnaire français.

Lettre autographe signée, (Clermont-Ferrand), (1790), à Jean-François Gaultier de Biauzat, 1 pages 1/2 in-4, adresse au dos. Rare lettre de Couthon au député de la Constituante et maire de Clermont-Ferrand.

 

"Ma droiture sur laquelle je les défie me garantissent de tout..."

 

"Vous scavés déjà que l'indulgence de nos concitoyens m'a appelé à la municipalité, je suis sortie au premier scrutin (...) le plus grand avantage que j'y trouve est de vous avoir pour chef. Notre proclamation et notre prestation de serment auront lieu dimanche, nous nous présenterons tout bonnement en habit noir, et cheveux longs. En attendant que vous nous ayés appris quel doit être notre costume. (...) Expliquez ce qu'il faut entendre par ces mots du décret Les municipalités feront jouir les citoyens des avantages d'une bonne police. En sommes nous réduits à constater les contraventions et à cittés les contrevenants au tribunal ordinaire, avons nous le droit, ou devons nous l'espérés, de connaître contentieusement de ces matières, et de faire des règlements auxquels nous autres juges puissions être assujetis ?Donnés nous, s'il vous plait, une réponse positive sur tous ces points. 

J'ai sçue (...) que vos ennemis étaient devenus les miens, et qu'ils voulaient essayés de me compromettrent dans le tems que durera ma présidence, mais je les y attends, mon courage et vos ? joints à ma droiture sur laquelle je les défie me garantissent de tout...."

 

Précoce partisan de la Révolution, Georges Couthon est choisi pour représenter sa paroisse d'Orcet pour les élections aux états généraux. Membre du conseil municipal permanent de Clermont-Ferrand le 14 juillet 1789, il est élu troisième officier municipal de Clermont-Ferrand dès le premier tour de scrutin le 24 janvier 1790 ; en l’absence de Jean-François Gaultier de Biauzat, Couthon préside souvent le conseil municipal. En mars 1790, il est l'un des initiateurs de la « Société populaire des Amis de la Constitution », affiliée au club des Jacobins. Le 8 novembre suivant, il devient juge président du tribunal du district de Clermont-Ferrand.  Couthon sera élu député du Puy-de-Dôme à l’Assemblée législative le 9 septembre 1791. Date à laquelle il quitte Clermont-Ferrand pour s’installer à Paris. 


800 €