Béranger (Pierre-Jean de)

(1800-1883)
Chansonnier français.

Lettre autographe signée, (Paris), 3 octobre (1853), à « ma chère enfant », 1 page in-8. 

 

Lettre écrite le jour des obsèques de François Arago.

 

« J’ai attrappé un nouveau rhume de cerveau au convoi d’Arago… »

 

« Ma chère enfant,

je vous félicite de vous trouver en famille complette. J’irai vous voir un des jours de la semaine prochaine. J’ai attrappé un nouveau rhume de cerveau au convoi d’Arago, ou j’ai été bien mouillé.

Ah ! Coligny deescend de Gaspard. Je ne m’occupe pas moins de lui car je voudrais relever un peu cette ligne batarde. Réussirai-je ? Faites des prières. J’ai vu avant-hier son héros, Jacques Arago. Bon Dieu qu’il a vieilli en peu de tems !

Le pauvre diable m’a fait pitié.

Adieu, mon cher enfant.

Tout à vous.

Béranger ».

 

Béranger fait référence dans cette lettre au convoi mortuaire de François Arago qui était décédé le 2 octobre 1853. Lors de ses obsèques, plusieurs dizaines de milliers de personnes assistèrent au passage du cortège entre l’Observatoire et le cimetière du Père-Lachaise.



200 €