theodore de banville - lettre autographe

Banville (Théodore de)

(1823-1891)
Poète français

Lettre autographe signée, Paris, le 9 mai 1875, à un « Bien cher confrère », 2 pages ¼  in-8°. Légères déchirures. Très belle lettre à la suite de la parution des Camées parisiens de Banville.
 
« J’ai été heureux d’avoir une lettre de votre main et d’avoir directement de vos nouvelles (…) Vous me rendez confus en me remerciant de votre petit portrait dans les Camées parisiens ; si c’est un courage que de confesser en toute occasion ses admirations et ses sympathies, j’ose affirmer que celui-là ne me manquera jamais. A mon bien grand regret (puisqu’il y a un peintre qui vous intéresse) je ne fais pas de salon cette année (…) L’année dernière a été horrible pour moi, parce que je l’ai passée toute entière à disputer à la mort mon fils atteint d’une fièvre typhoïde qu’ont suivie d’horribles accidents. Il a été heureusement sauvé par miracle ; mais mes inquiétudes m’avaient fait alors abandonner le salon et tout ce que je n’étais pas rigoureusement forcé de faire. Il est probable que l’année prochaine je reprendrai cette besogne, et croyez que je n’oublierai pas le nom de Baud-Bovy (…) Je vous ferai parvenir quelques livres de moi, car c’est encore la seule façon de causer quand on est si loin les uns des autres. Théodore de Banville »
 
Les Camées parisiens est un recueil de courts portraits (Sainte-Beuve, La princesse Mathilde, Edmond About, Victor Hugo, Camille Corot, Balzac…) écrit par Banville et qui paraît progressivement entre 1866 et 1873. Auguste Baud-Bovy (1848-1899) était un artiste-peintre suisse proche notamment d’Eugène Grasset.
 
250 €