Louise Colet lettre autographe

Colet (Louise)

(1810-1876)
Poétesse française

Long manuscrit autographe signé d’un poème de quatorze quatrains, « L’Unité de l’Italie », 20 avril 1860, poème dédié à « Monsieur le comte de Cavour » (Camillo Cavour), 4 pages in-8, ratures et corrections. Beau poème écrit pendant la seconde guerre d’indépendance italienne.

 

« C'est le Piémont qui crie : Aux armes! 

Aux armes le Napolitain !… »

 

 

« Sous un ciel alourdi quand le Vésuve fume, 

Quand grondent dans ses flancs des bruits avant-coureurs, 

La terre où va jaillir le volcan qui s'allume, 

Tressaille aux alentours de soudaines terreurs. 

 

La campagne bondit, et la lave ruisselle, 

Du cratère béant le feu vomit la mort, 

La cendre ensevelit cette plage si belle, 

C'est un chaos.... un jour, pourtant, la vie en sort. 

 

Nouvelle et radieuse elle en sort embellie. 

Superbe de jeunesse et de fécondité ; 

Ainsi tu sortiras, magnanime Italie, 

Des laves de la liberté! 

 

Ne les étouffe plus ces laves vengeresses, 

Dont les flots sont rougis du sang de tes enfants, 

Elles engloutiront, afin que tu renaisses. 

Tous tes despotes triomphants! 

 

Le voilà! le voilà qui monte 

Le feu du volcan souterrain ! 

Tout un peuple sort de la honte 

Au bruit du glorieux airain. 

 

Ce n'est pas le canon d'alarmes : 

Des Alpes au détroit lointain. 

C'est le Piémont qui crie : Aux armes! 

Aux armes le Napolitain !… » 



300 €