andré breton autographe

Breton (André)

(1896-1966)
Écrivain et poète français

Lettre autographe signée, Antibes, 13 mars 1948, à un « cher ami », 1 page in-4.

 

« ll fallait revoir des arbres, ou des cimes, ou la mer, enfin quelque chose qui guérisse de ce que la vie a de fiévreux et de frelaté aujourd’hui… »

 

« Mon cher ami,

Je suis depuis quelques semaines dans le midi, où m’a mené la nécessité même physique de mettre une distance entre les tourments de Paris et moi, qu’ils finissaient par grandement assombrir. Il fallait revoir des arbres, ou des cimes, ou la mer, enfin quelque chose qui guérisse de ce que la vie a de fiévreux et de frelaté aujourd’hui. Je m’en remets à peine. C’est sans doute assez mal de vous dire cela à vous, qui venez d’être réellement très souffrant mais il faut bien que je tente de vous expliquer pourquoi j’ai laissé vos lettres sans réponse.

 

C’est quelquefois devenu un drame pour moi de savoir comment préserver le minimum de vie personnelle et privée à partir duquel tout se reconstitue et se recolore au lever du jour. Ici du moins j’aurai vu chaque matin le soleil se lever et reproduire, entre sept heures et sept heures et quart, les prodigieuses transformations dont nous parle l’alchimie.

J’ai essayé de m’en imprégner, toute vacance d’esprit, comme on en a le droit ici, à l’heure du café.

 

Tout ce que vous m’écrivez m’émeut grandement et c’est aussi dans cette lumière de soleil levant que s’est cristallisé pour moi votre beau dessin qui est, épinglé au mur de la chambre, ce que je commence par voir en m’éveillant.

 

Bien sûr, mon cher ami, je souhaite de tout coeur que vous puissiez établir une collaboration régulière avec nos jeunes amis de Néon. Toutefois je me suis juré de ne pas les influencer surtout au départ mais je suis persuadé que vous saurez vous joindre à eux.

Soyez bien certain que je n’aurai garde de vous oublier lors de toute exposition d’ensemble qui pourra avoir lieu.

Très affectueusement à vous.

André Breton ».

 

Cette lettre, comme nous l’indiquent certaines informations, est très probablement écrite à un artiste. Depuis 1947, André Breton s’était intéressé de très près à l’Art brut. Avec Jean Dubuffet, il participe en juillet 1948 à la création de la Compagnie de l’Art brut. 

 


1.800 €