Jean Baptiste Drouet autographe revolution

Drouet (Jean-Baptiste)

(1763-1824)

Révolutionnaire français, conventionnel. Maître de poste à Sainte-Menehoulde, il reconnut Louis XVI au moment de la fuite à Varennes et le fit arrêter. 



Apostille autographe signée, Maubeuge, 16 septembre 1793, à la fin d’un rapport concernant le lieutenant Charcot du 68e régiment d’Infanterie. Document également signé par de nombreux officiers militaires de ce régiment et par le général Etienne Gudin commandant le camp de Maubeuge. 3 pages in-4, cachet de cire rouge. Très rare.

 

Les officiers, sous-officiers et soldats de la compagnie de Dejean ainé affirment que le lieutenant Charcot mérite des éloges pour son zèle et son patriotisme. Le seul reproche qu’on puisse lui faire est d’avoir été nommé par le pouvoir exécutif « dans le temps où le tyran avait quelque influence… ». 

Le représentant du peuple Jean-Baptiste Drouet, à son tour, ne trouve d’autre reproche à formuler contre le lieutenant Charcot « en foi de quoi nous avons apposés notre seing. À Maubeuge le 16 septembre 1793, l’an 2 de la république une et indivisible. Drouet ». 

 

Envoyé à l’armée du Nord par décret du 9 septembre, Drouet d’enferma à Maubeuge, aussitôtt assiégée par le prince de Cobourg. Drouet conçu le projet de sortir de cette place et, se mettant à la tête de cent dragons, il se précipita à travers les lignes ennemies. Son cheval abattu et lui-même blessé, il fut fait prisonnier (octobre 1793). Lorsqu’on apprit que c’était lui qui avait arrêté Louis XVI, on l’accabla des plus mauvais traitements. Roué de coups, il fut enfermé dans une cage et envoyé à Bruxelles. Il fut échangé par la suite contre la fille de Louis XVI. 


Vendu