Beaumarchais-lettre-autographe-manuscrit

Beaumarchais (Pierre-Augustin)

(1732-1799)
Ecrivain, homme d’affaires français

Minute autographe, sans lieu, 22 mars1790, d’une lettre au contrôleur général des Finances Claude-Guillaume Lambert (1726-1794), 1 page in-4, ratures et corrections. Au sujet de la Société typographique de Kehl.
 
« Je suis depuis longtems, Monsieur, la preuve vivante de votre amour constant pour la Justice »
 
« Monsieur,
Ni la négligence ni l’ingratitude n’ont retardé de quelques jours l’hommage de ma reconnaissance ; mais j’ai désiré que votre bienveillance eût son plein effet pour en joindre le compte à mes justes remerciemens.
Mes caractères sont chez moi bien intacts et mon inquiétude est cessée. Mille graces vous en soient rendues.
Jamais, Monsieur, aucun Ministre
Je suis depuis longtems, Monsieur, la preuve vivante de votre amour constant pour la Justice et cette dernière nul homme aussi n’est pénétré pour vous d’un plus profond respect. Permettés moi d’aller vous renouveller l’assurance (…) »
 
Désireux d’éditer fructueusement les Œuvres complètes de Voltaire, Beaumarchais fonda un atelier d’imprimerie en 1780 à Kehl. Il fit des investissements considérables : il réunit quarante presses, acheta les fontes et moules de caractères du célèbre John Baskerville. De cet atelier sortirent la monumentale édition des Œuvres complètes de Voltaire (1785-1790), mais également des éditions des Œuvres de Rousseau, de la Virtù sconosciuta d’Alfieri, et du Mariage de Figaro de Beaumarchais lui-même.
L’entreprise ne s’étant pas révélée aussi rentable que prévu, Beaumarchais engagea sa liquidation (achevée en 1791). 
 
 
1.300 €