kellermann autographe

Kellermann (François-Etienne)

(1770-1835)
Second duc de Valmy, Général français

Lettre autographe signée « Duc de Valmy », Paris, le 6 novembre 1833, à Louis-Philippe Ier, 1 page 2/3 in-folio. Très intéressante lettre dans laquelle Kellermann, après avoir rappelé ses états de service (La campagne d’Italie, Marengo, Naples, Cintra, Waterloo…) implore Louis-Philippe de l’élever au rang de maréchal.  
 
« Réclamer de votre bonté cet acte de faveur autant que de justice, que me devait Napoléon avant beaucoup d’autres »
 
«Au Roi,
Sire,
L’armée est menacée de perdre deux de ses plus illustres chefs. Si le malheur se réalise et si votre majesté est dans l’intention de pourvoir au remplacement de ces deux maréchaux, je le prie de permettre au fils de celui qu’elle appelait son Général, de faire valoir devant elle ses titres à la dignité de maréchal.
Dans sa haute et impartiale position, il appartient surtout à votre majesté d’apprécier l’importance du service que j’ai rendue dans la diplomatie comme dans la guerre.
La campagne d’Italie sous Napoléon ; mes nombreux succès dans celle de Naples sous Macdonald ; la charge de Marengo qui sauva la France ; la convention de Cintra qui lui rendit une armée ; la Victoire d’Alba de Torines en Espagne, où je commandais en chef ; Le combat de Mormans en 1814 sous Paris, de moitié avec le maréchal Gérard ; mon affaire aux 4 bras en Belgique ; mon rang sur le tableau, sont des titres que je soumets à votre majesté et à mes rivaux.
Je crois, sire, pouvoir m’en autoriser pour réclamer de votre bonté cet acte de faveur autant que de justice, que me devait Napoléon avant beaucoup d’autres, et qui si je l’obtiens de votre bonté, m’inspire un nouveau dévouement pour votre auguste personne.
Je suis avec respect
Sire
De votre majesté
Le très humble, dévoué et très fidèle serviteur
Duc de Valmy ».
 
Le Duc de Valmy ne sera jamais récompensé du titre de maréchal. Louis-Philippe nommera pourtant dix maréchaux lors de son règne dont notamment Grouchy en 1831, Sébastiani en 1840 et Drouet d’Erlon en 1843. Kellermann meut deux ans plus tard en 1835.
 
 
 
400 €