lakanal autographe

Lakanal (Joseph)

(1762-1845)
Homme politique français

Document signé, Paris, 1er brumaire an trois (22 octobre 1794), co-signé par Robert Lindet (1746-1825), Julien-Bernard-Dorothée de Mazade Percin (1756-1823), Antoine-Claire Thibaudeau (1765-1854), René-François Plaichard (1740-1815), 1 page in-folio (déchirures), extrait du registre des délibérations du Comité d’Instruction publique, vignette de l’Instruction nationale.
 
Important décret dans lequel la Convention nationale confie la rédaction des manuels scolaires aux savants : Monge, Bernardin-de-Saint-Pierre, Haüy, Lagrange, Daubenton.
 
« Le Comité d’instruction publique considérant que les ouvrages envoyés au concours, ouvert pour la composition des livres élémentaires, ne répondent pas aux vues de la Convention nationale ;
Considérant qu’il est possible que les ouvrages qui seront envoyés jusqu’à l’époque de la clôture du concours, ne remplissent pas mieux les intentions de la Convention ;
Considérant enfin qu’il est de l’intérêt national, comme du devoir du comité d’Instruction, d’user des moyens les plus efficaces pour hâter la composition des livres élémentaires, propres aux écoles primaires qui ont été établies,
Arrête :
Que les livres élémentaires, nécessaires à l’enseignement, dans les écoles primaires de la République, seront composés par les citoyens ci-après nommés.
 1°. Le citoyen Bernardin-de-Saint-Pierre demeure chargé de la composition des éléméns de morale républicaine ;
2°. Le citoyen Volney, du développement des principes de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen, et de la constitution de la République française ;
3°. Le citoyen Lagrange, des élémens d’arithmétique et de mathématiques ;
4°. Le citoyen Daubenton, des élémens d’histoire naturelle ;
5°. Le citoyen Haüy, des instructions élémentaires sur les principaux phénomènes de la nature ;
6°. Le citoyen Garat, des élémens de l’histoire des peuples libres ;
7°. Le citoyen Monge, des instructions nécessaires pour rendre utiles aux élèves la fréquentation des ateliers et les travaux manuels qui doivent occuper une partie du tems destiné à l’enseignement ;
8°. Le citoyen Pougens, des élémens de la grammaire française.
9°. Le citoyen Mentelle, des élémens de la géographie.
10°. Le citoyen Siccard, des élémens de la lecture et de l’écriture.
11°. Le comité se réserve de faire statuer, par la Convention nationale, sur les indemnités à accorder aux auteurs des ouvrages dont il s’agit, d’une manière proportionnée à l’importance desdits ouvrages, au mérite de l’exécution, et digne de la munificence nationale.
12°. Il pourra être accordé, sur la demande des citoyens susnommés, des indemnités provisoires, sur les fonds mis à la disposition de la commission exécutive de l’Instruction publique (…)
A.    Thibaudeau. Lakanal. R.L Lindet. Plaichard. J.B.D. Mazade ».
 
 
Après l’adoption de cet arrêté, Lakanal déclara à la Convention : « Quoi qu’il en soit, la Nation ne sera pas longtemps frustrée du grand bienfait des livres élémentaires ; le Comité a pris toutes les mesures pour en assurer la prompte publication : il a interrogé le génie ; sa réponse sera prompte et digne de vous et de lui ». Néanmoins la création de l’Ecole Normale de Paris le 30 octobre (sur un rapport de Lakanal) allait mettre fin à cet arrêté. En effet, à l’exception de Pougens, tous les écrivains désignés furent nommés professeurs à l’Ecole normale. Aucun de ses professeurs n’écrivit le livre élémentaire qu’on attendait de lui. Il fallut alors se remettre au système du concours.
 
 
1.400 €