Claude Monet lettre autographe

Monet (Alice-Hoschedé)

(1844-1911)
Épouse de Claude Monet

Lettre autographe signée « Alice », (1882) (Pourville), à Ernest Hoschedé, 4 pages in-8. Belle lettre de reproche au sujet d’un voyage de Jacques Hoschedé et mentionnant Claude Monet.
 
« Mon cher ami,
Je suis fort étonnée de ta lettre - Je t’avais prévenu du départ de Jacques (leur fils, né en 1869) avant son départ. Je ne pouvais te préciser le jour et l’heure suivant si j’aurai les fonds nécessaires pour ce voyage. Tu me permettras de m’étonner à mon tour que Mr Peltier se mêle à ce point de ce qui ne le regarde pas.
Je n’aurais certes pas envoyé Jacques à Vétheuil pressentant tous les commérages (…) Je suis étonnée aussi que tu donnes des à comptes à Mme Paillet ne sachant plus te mêler de mes comptes avec Mr Monet. Puisque tu m’en laisses toute la responsabilité je suis certaine que malgré tout ce que j’avais fait de ce côté tu auras fait des billets et tu auras à nouveau des ennuis. Je crois aussi que tu aurais mieux fait de m’écrire cette longue lettre depuis si longtemps médité car tu dois te rappeler que nos dernières conversations ont été bien tristes et je crains que des scènes semblables ne se renouvellent (…) Enfin, c’est à toi à voir tout cela avec lui. Je te répète encore que je crois qu’il serait meilleur pour toi et moi que après mûres réflexions tu m’écrives tes projets d’absence et que moi même ayant le temps d’y réfléchir, je t’y réponde. Notre conversation aboutira certainement à des sottises (?) et voilà tout.
Les enfants t’embrassent. Je t’envoie mes tristes pensées.
Alice ».
 
D’abord marié à Ernest Hoschedé (dont elle aura eu six enfants), Alice entretiendra une relation avec Claude Monet à partir de 1875/1876. Elle quittera Ernest avant de se marier avec Claude Monet en juillet 1892.
Au début des années 1880, Claude Monet n’a pas encore tiré parti financièrement de son talent malgré l’appui du marchand Durand-Ruel. La lettre est très probablement écrite de Pourville en Normandie. Claude Monet y avait loué à l’été 1882 une maison.
 

650 €