marie antoinette autographe

(Marie-Antoinette)

Famille Polignac
1781

Famille Polignac.

 

Deux lettres autographe signées :

 

 

POLIGNAC Diane Louise Augustine, Comtesse de (1746-1818). Première dame d’honneur de Madame Elisabeth, belle-soeur de Gabrielle de Polastron, duchesse de Polignac et favorite de la reine Marie-Antoinette.

 

Lettre signée, 28 juillet 1781, à un monsieur, 1 page petit in-4. cachet de collection.

 

« Jay répondu monsieur aux questions nécessaires pour dresser le brevet de mons. de d’Alpaget et vous trouverez cette réponse au bas de la note que vous avés la bonté de m’envoyer, elle tient au plan. Si je n’avais pas été si souffrante (…) j’aurais eu l’honneur de vous remercier plutot de la promptitude que vous avés bien voulu mettre à faire ma demande auprès du roy, j’en suis très reconnaissante, je vous supplie monsieur de n’en pas douter non plus que des sentimens avec lesquels jay l’honneur dire monsieur votre très humble et très obéissante servante.

Ctesse Diane de Polignac ». 

 

 

POLIGNAC Jules, duc de (1746-1817). 1er duc de Polignac, mari de Gabrielle de Polastron, favorite de Marie-Antoinette. 

 

Lettre autographe signée, Marly, 7 mai 1781, au marquis de Ségur, 2 pages petit in-4.

« Monsieur,

On assure que vous êtes à la veille de faire une promotion de capitaine dans la cavalerie. Permettés moi de vous renouveler à ce sujet, mes instances les plus pressantes en faveur de M. de Coqueburne à qui je prends l’intérêt le plus vif, et le plus sincère. Il est sous-lieutenant à la suite du régiment que je commande et depuis plus de deux ans que j’ai pour lui, la promesse de cette grâce, c’est da’illeurs un fort bon officier, qui sert avec le plus grand zèle et qui mérite personnellement vos bontés (…)

le duc de Polignac ». 

 

 

En 1775, c’est Diane de Polignac qui convia son frère Jules et son épouse Gabrielle de Polastron à un bal au château de Versailles. Lors de cette soirée, la reine Marie-Antoinette tomba sous le charme de Gabrielle de Polastron, duchesse de Polignac, et en fit sa confidente. elle supplanta dans ce rôle la princesse de Lamballe. 

Par la suite, la famille Polignac sera comblée par les faveurs royales. Elle tirera un immense profit des mannes des titres et pensions dont elle se verra gratifiée et dont le total coûtera près d’un demi-million de livres par an. Au préalable, Marie-Antoinette, afin de garder auprès d’elle sa nouvelle favorite, fit éponger par le Trésor royal les dettes du couple Polignac qui s’élevaient à 400 000 livres. 


400 €