alexandre vialatte

Vialatte (Alexandre)

(1901-1971)
Écrivain français

Lettre autographe signée, Paris, 4 décembre 1951, à Jacques Peuchmaurd, 2 pages in-8, enveloppe autographe.

 

Très belle lettre de remerciement à la suite d’une critique favorable de Peuchmaurd pour Les Fruits du Congo

 

« Merci de m’avoir permis de n’être plus honteux de mon lyrisme… »

 

« Cher Jacques Peuchmaurd,

Il ne me reste plus qu’à me vautrer dangereusement dans l’admiration de moi-même ?!…

Enfin, une critique de poète ! Un style qui épouse  l’inconscient et non l’intelligence du lecteur ! Comment vous remercier ? Vous avez traduit et orchestré en quelques lignes ce que mon livre aurait voulu être ! Merci de tout coeur.

merci d’une telle lecture, merci d’avoir trouvé dans le ? les petits appareils à pincer les nerfs avec lesquels j’ai essayé de rendre au lecteur mes propres frissons. Merci d’avoir compris les points de suspension dont le pouvoir contagieux me faisait tellement en doute.

Merci de m’avoir permis de n’être plus honteux de mon lyrisme. (Dès que le lyrisme n’est pas contagieux il fait honte au lyrique. Mais s’il l’est, quelle volupté !). Ce qui m’enivrent le plus c’est que vous ayez eu plaisir à prendre pour rendre compte du bouquin le timbre même (c’est beaucoup plus intime et plus mystérieux que le ton) le timbre même du contenu de Dora (je ne sais quel monsieur étranger à toute cette aventure, étrange à moi comme à vous, avec lequel je ne parviens à m’identifier que par mythomanie pendant la période de la création). Il ne s’agit plus de critique mais d’échantillon ; un morceau de même substance. Vous revenez de chez le même épicier, dont j’ai perdu l’adresse (ce doit être quelque part entre la rue des Petites âmes et l’impasse des 3 voleurs), le même petit épicier (dans une rue sordide et merveilleuse) qui a du « fil au chinois » et du « fil au conscrit » avec les images dorées du conscrit et du chinois sur les boites et vous rapportez le même morceau de je ne sais quoi au caramel et aux cacahouètes qui est transparent quand on le regarde à contre-jour. Quelle surprise ! quelle énigme ! quelle félicité ! quelle aventure !

Merci de tout coeur. Et à bientôt puisque vous avez eu la gentillesse de me le demander.

A. Vialatte ».

 

 

Chef d’oeuvre d’Alexandre Vialatte, Les Fruits du Congo ne reçu pas le Prix Goncourt (attribué finalement au Rivage des Syrtes de Jukien Gracq). Le roman de Vialatte fut à cette époque un échec commercial et conduira l’écrivain à renoncer à la fiction.

Jacques Peuchmaurd (1923-2015) fut un critique littéraire, éditeur et écrivain français. Après la deuxième guerre mondiale, il est un temps critique pour la revue Arts. Il travaille également pour la radio, notamment auprès de Jean Tardieu à l'émission « Le club d’essai » ou encore de Michel Polac au « Masque et la plume ».



Vendu