andré gide autographe

Gide (André)

(1869-1951)
Ecrivain français

Lettre autographe signée, 8 mai 1935, à un « cher Monsieur », 1 page ½ in-8. Lettre relative au discours que tint Gide lors du débat de L’Union pour la Vérité dans lequel il exprima ses positions vis-à-vis de l’URSS.
 
« Cher Monsieur
Je vous suis grand gré de votre communication. Mais que de regrets elle m'apporte : que l'article sur la séance de la rue Visconti ait été rédigé d'après un texte aussi déplorablement, aussi monstrueusement fautif que celui donné par la revue Reportagesqui me fait dire parfois, souvent (et pas seulement à moi) exactement le contraire de ce qui a été dit. Exemple : « Je ne suis rien moins qu'un théoricien » devient : « Je ne suis rien qu'un théoricien ». Etc, etc.
Un texte correct de cette séance va très prochainement paraître, édité à la fois par le cercle de l'Union pour la vérité et par La Nouvelle Revue Française, texte soigneusement revu par chacun des interlocuteurs (ce qui explique le retard de cette publication) et que je vous recommande tout particulièrement.
Veuillez croire à mes sentiments bien cordiaux et attentifs.
André Gide ».
 
L'Union pour la Vérité, aussi connu sous le nom de l'Union pour l'action morale (1904-1940), et le conseil d'administration des Décades de Pontigny tenaient leurs réunions présidées par Paul Desjardins au 21, rue Visconti, dans le VIème arrondissement à Paris. Les intellectuels qui s’y réunissaient s'entretenaient et discouraient sur des sujets littéraires, philosophiques ou religieux. André Gide y fut convié le 23 janvier 1935 pour s'expliquer sur sa position vis-à-vis de l'URSS. Les discussions furent publiées par la Nouvelle Revue Française sous le titre André Gide et notre temps. L'année suivante, Gide publie Retour de l'U.R.S.S., récit de son voyage et d'une désillusion.

600 €