Catherine de Médicis

Médicis (Catherine de)

(1519-1589)
Reine de France

Lettre signée « Catherine », Saint-Maur-des-Fossés, 27 septembre 1568, à Jean de Senarpont, capitaine de cinquante lancers et lieutenant général au gouvernement de Picardie, contre-signée par le secrétaire d’État Nicolas de Neufville, 1 page in-folio avec adresse.

 

Très importante lettre de Catherine de Médicis quelques jours après l'ordonnance de Saint-Maur interdisant le culte protestant.

 

Catherine de Médicis prie Senarpont de « fere entendre a tous ceux de la Relligion pretendue refformée que vous congnoissez du costé de della que ce qui a meu le Roy mond. filz (Charles IX) de fere lordonnance de laquelle ilz se pleignent nest point quil les veuille aucunement travailler, mais seulement pour selever le scrupulle quil pourroit avoir de la faveur que ceulx qui se sont eslevez contre son auctorité et son service feroient pour en retirer » (…) Quant à la maison Vuarty, le Roi a chargé le duc de Montmorency de s’en occuper et d’y mettre ordre : « nous avons eu advis des pilleryes meurtres et autres actes indignes qui si commettent chacun jour au parc ou boys joignans lad. maison… »

 

L’ordonnance à laquelle se réfère Catherine de Médicis dans cette lettre est celle dite de Saint-Maur du 23 septembre 1568 révoquant l’édit de Longjumeau et interdisant le culte protestant.

 

Catherine de Médicis était la femme d’Henri II et la mère de François II, Charles IX et Henri III.  Le royaume de France était à cette époque profondément divisé et connaissait de graves troubles religieux entre catholiques et protestants (malgré le traité d’Amboise dit « Paix d’Amboise » en 1563). En mars 1564, Catherine de Médicis organise pour le roi un grand tour de France afin de pacifier le royaume. Néanmoins, en août 1567, les protestants tentent d’enlever le roi et sa mère. En novembre, les protestants sont battus à Saint-Denis et à Jarnac. En mars 1568, la paix est finalement signée entre Condé et Catherine de Médicis à Longjumeau puis révoqué par l’ordonnance de Saint-Maur.

le 23 août 1568 débute la troisième guerre de religion qui s’achèvera avec l’édit de Saint-Germain en août 1570. 



Vendu