robespierre autographe

(Robespierre)

Louvet Jean-Baptiste (1760-1797). 
Écrivain et homme politique français.

« Accusation contre Maximilien Robespierre par Jean-Baptiste Louvet », Imprimé (« Par ordre de la Convention nationale »), (octobre 1792), 15 pages in-8, Imprimerie nationale, Paris. 

 

Longue et violente accusation contrer Robespierre et Marat

 

« Une grande conjuration publique avait un instant menacé de peser sur la France, et avait trop longtemps pesé sur Paris (…) Il est temps de savoir s’il existe une faction ou dans sept à huit membres de cette assemblée, ou dans les sept cent trente autres qui la combattent (…) Je pourrais d’abord m’étonner que Danton, que personne n’attaquait, se soit élancé à cette tribune pour déclarer qu’il est inattaquable (…) Je comparerai à la révolution du 10 août celle du 2 septembre. Robespierre, c’est de l’ensemble de vos actions et de votre conduite que sortira l’accusation (…) j’insiste surtout pour qu’à l’instant vous prononciez sur un homme de sang dont les crimes sont prouvés : que si quelqu’un a le courage de le défendre, qu’il monte à la tribune (…) Je demande sur l’heure un décret d’accusation contre Marat… Dieux ! Je l’ai nommé ! »

 

Sous la Convention, Louvet avait entamé une lutte ardente avec Robespierre. Durant les évènements du 31 mai 1793, il fut proscrit et obligé de se réfugier en Normandie où il essaya vainement d’opérer un soulèvement. Il ne put rentrer à la Convention qu’en 1795. Il siégea un peu plus tard au Conseil des Cinq-cents. 


350 €