Gardes Suisses (1790)

Simon-Bernard Chaulet.


Tambour dans le régiment des Gardes Suisses. Massacré le 10 août 1792.

Pièce autographe signée de Simon-Bernard Chaulet (Valaisan, entré au régiment des Gardes Suisse en 1768 en tant que tambour), Paris, 1er mai 1790, 1 page in-12 oblong. 

 

« Pour la Chamade du 1er may 1790

J’ai reçu de Monsieur Forestier trésorier du Régiment des Gardes Suisses, la somme de soixante et douze livres qu’il a plu à Monseigneur le Comte d’Artois (frère de Louis XVI et futur Charles X) d’accorder aux Tambours du dit régiment pour la Chamade du premier de mai.

Chaulet ».

 

La Chamade était à l’origine un signal sonore produit par le battement d’un tambour (battre la chamade) ou par le son d’une trompette (sonner la chamade) afin de prévenir la partie adverse qu’une trêve des hostilités est demandée dans l’intention d’entrer en négociations

Simon Bernard Chaulet fut massacré dans la Chambre de la Reine Marie-Antoinette aux Tuileries durant la journée du 10 août 1792. 


650 €