Barère (Bertrand)

(1755-1841)

Homme politique durant la Révolution française. Membre du Comité de Salut public.



« Des Peuples et des nations », Manuscrit autographe signé « B. de V », sans lieu ni date, 1 page grand in-4.

 

« L’histoire des peuples n’est qu’une suite de révolutions et de réactions… »

 

« La vie des nations est comme la vie des individus. Elle se compte par siècles, comme celle des hommes se compte par années. 

La vie des nations a sa marche ascendante et sa marche descendante. Elle a ses âges, ses périodes, depuis sa naissance jusqu’à sa fin. La longévité des nations est comme la longévité des individus, soumises aux influences du climat, des moeurs et du caractère originaire de ses institutions morales et politiques et de l’esprit différent des siècles.

de même la civilisation lui est la vie intellectuelle des peuples à ses périodes, ses progrès, ses obstacles, ses erreurs dominantes, sa corruption inévitable, sa décadence et sa chute. La terre est couverte des ruines des diverses civilisations plus ou moins perfectionnées, plus ou moins utiles au genre humain. Et plus ou moins longues de durée.

Enfin, l’histoire des hommes nous apprend que les peuples ont leur enfance, leur jeunesse, leur âge mur, leur âge avancé, leur vieillesse, leur caducité et leur chute ! Ces périodes de leur vie peuvent être accélérées ou retardées, perfectionnées ou corrompues selon les temps et les moeurs, selon les institutions et les lois, selon le voisinage des peuples barbares, ou l’invasion des conquérants. L’histoire des peuples n’est qu’une suite de révolutions et de réactions… »


350 €