Napoléon Ier - Sainte-Hélène

(1769-1821)
Empereur des français

Émouvante et rare relique du cercueil de Napoléon Ier. relique donnée par son ancien valet de chambre à Adolphe Thiers.

 

Relique de Sainte Hélène. Petite boite en carton avec titre manuscrit sur le couvercle « Cercueil de Napoléon. Ph de Rohan Chabot » (Il s’agit de Philippe de Rohan-Chabot, né en 1815 et mort en 1875, qui fut attaché d’ambassade à Londres en 1840 et qui accompagna le prince Joinville, fils de Louis-Philippe, sur La Belle Poule à Sainte-Hélène pour rapatrier les cendres de Napoléon Ier en France) contenant un morceau de bois du cercueil dans du papier de soie.

 

Dimension du morceau de cercueil de Napoléon Ier : 3,3 x 1,8 cm.

Dimension de la boite : 7,3 x 4 cm.

 

À cette boite est jointe une lettre autographe signée de Jean-Abram Noverraz (1790-1849), valet, courrier et confident de Napoléon Ier. Il avait accompagné Napoléon dans son exil à Sainte-Hélène. Lettre écrite à Adophe Thiers, le 7 janvier 1841, 1/2 page in-4 (froissée), adresse au dos et cachet de cire noire brisé.

 

« Monsieur Thier

Veuillez agréer un petit morceau de bois du cercueil de l’Empereur, un morceau du ciment qui sellait son tombeau et un morceau d’un des anciens saules qui l’ombraget.

Agréez Monsieur Thier l’assurance de mon profond respect.

Noverraz ».

 

Noverraz était entré en service auprès de Napoléon Ier en 1809. Alors que l’Empereur se rend à l’ile d’Elbe, Noverraz s’interpose sabre en main le 25 avril 1814 entre les citoyens hostiles de la ville d’Orgon et Napoléon. Il accompagne ce dernier à Sainte-Hélène où il épouse Joséphine Brulé, femme de chambre des Montholon. À sa mort, Napoléon lui lègue par testament la somme de 100.000 francs pour qu’il n’ait plus à servir d’autre maître. 

 

(À noter que seule le morceau du cercueil de Napoléon Ier est ici vendu. Le morceau de ciment et des saules sont absents de la boite). 



3.500 €