Bessières (Maréchal)

Pierre Riel marquis de (1752-1821)
Général français

Lettre autographe signée « Le Mal duc d’Istrie », Cambrai, 28 avril (1810), au colonel et future général Albert-François Deriot, 1 page in-4 sur papier avec filigrane au profil de l’empereur. Portait joint.

 

Rare lettre entièrement de la main de Bessières écrite quelques jours après les noces de Napoléon avec Marie-Louise (2 avril 1810).

 

« Ils attendront l’Empereur qui de la doit aller au Havre… »

 

« Colonel,

Donnez l’ordre à un régiment composé de deux cents grenadiers à cheval, deux cents dragons et deux cents chasseurs à cheval, de partir de suite pour se rendre, savoir 100 grenadiers à cheval, 100 dragons et 100 chasseurs au Havre et laissant dix grenadiers et un piquet de chasseurs à Rouen.

100 grenadiers, 100 dragons, et 100 chasseurs à cheval, se rendront à Dieppe où ils attendront l’Empereur qui de la doit aller au Havre. Ces détachements laisseront un piquet de chasseurs et dix grenadiers à cheval, à Abbeville. 

Designez un major pour commander ce régiment et instruisez moi par l’estafette de l’exécution du présent ordre.

Le Mal duc d’Istrie.

Faites partir en outre un piquet de chasseurs pour Boulogne, avec une brigade de gendarmerie d’élite. Ce piquet ira à grandes journées et marchera à volonté. »

 

À cette époque, le maréchal Bessières commandait la Garde impériale. Albert-François Deriot (1766-1836), vétéran de l’armée d’Orient, alors colonel rattaché à la Garde impériale, serait fait général en 1811 et chambellan de l’Empereur en 1813.

Cette lettre est directement liée au départ de Napoléon qui, après son mariage avec Marie-Louise, entamait une visite dans les provinces belges et se rendait au retour à Dieppe (27 mai) puis au Havre (28 mai).


1.000 €