Campagne d'Allemagne (1814)

François Bailly de Monthion
(1776-1850). Général français. Chef de l'Etat-major de la Grande Armée à la fin de la campagne de Russie.

Lettre autographe, Königsberg, 5 avril 1813, au maréchal Berthier, 2 pages in-4.

 

Très intéressant rapport de Bailly de Monthion pendant la campagne d’Allemagne, quelques jours avant la bataille de Lützen.

 

« Monseigneur,

J’ai l’honneur de rendre compte à votre altesse qu’aujourd’hui, vers les trois heures de l’après-midi, l’Ennemi nous a attaqué dans les positions de Gommery, Möckerg et Zedenick avec plusieurs bataillons d’Infanterie et quinze à vingt régiments de cavalerie. Nos troupes engagées se sont très bien montrées, elles se montent à 5 bataillons et quatre régiments de cavalerie. Les lignes que nous avons aperçues ont parues considérables et les rapports de prisonniers paraissent s’accorder pour placer devant nous les généraux Wittgentsein et York. Son Altesse Impériale le Prince Vice-Roi (Eugène de Beauharnais) a cru devoir ne point risquer une affaire générale et a préféré donner l’ordre à toute l’armée sauf le 11e corps, qui devra défendre le terrain pied à pied, et avec lequel son altesse marchera.

 

L’Ennemi a fait d’assez grandes pertes et tués et blessés ; Nous avons aussi quelques blessés ; M. le Général Cte Grenier a reçu une balle à la joue (Il s’agit du comte Paul Grenier, blessé le 4 avril à Nedlitz par une balle qui lui avait fracassé la mâchoire) ; nous avons été forcés de laisser une paire de canon qui avait été démontée et dont les chevaux avaient été tués.

 

Cette nuit le mouvement commencera et l’armée se dirigera par les Ponts qui ont été construits sous Magdebourg. 

Les rapports de M. le Mal Duc de Bellune (Maréchal Perrin) parlent de constructions de Ponts à Dessau et des passage d’un corps de troupes.

 

M. le Mal Prince d’Eckmühl (Maréchal Davout) annonce de son côté que les partis qui s’étaient aventurés sur la rive gauche de l’Elbe ont repassés le fleuve.

On dit (…) que le Général Morand a capitulé avec ses troupes (le général Morand avait été tué le 1er avril en reprenant Lunebourg) ceci mérite confirmation ».

 

En 1812, Bailly de Monthion est à Berlin, chef d'état-major de la Grande Armée. Après les batailles de Smolensk, de Borodino, de Malojaros-Lawitz et le passage de la Bérézina auxquels il assiste, il est nommé le 4 décembre, général de division, et remplace Berthier comme major-général, après le départ de Napoléon.

Le comte de Monthion se trouve, en 1813, à Lutzen, à Bautzen et à Wurtchen, remplace de nouveau le major-général du 24 août jusqu'à la fin d'octobre, et est nommé grand officier de la Légion d'honneur en novembre.


500 €