Abdelkader (Capitulation / 1847)

Nicolas CHANGARNIER (1793-1877).
Général et homme d'État français.

Lettre autographe signée, 26 décembre 1847, au commandant supérieur de la Marine, 1 page in-folio.

 

La capitulation d’Abdelkader.

 

« Je reçois à l’instant de son altesse royale Monseigneur le duc d’Aumale une dépêche télégraphique qui m’apprend que Abdel Kader vient de faire sa soumission à la France… »

 

« Mon cher Commandant,

Je reçois à l’instant de son altesse royale Monseigneur le duc d’Aumale une dépêche télégraphique qui m’apprend que Abdel Kader vient de faire sa soumission à la France.

Je penserais à l’artillerie de la place d’armement pour vite saluer de 5 coups de canon cette nouvelle dont je me hâte de vous informer directement.

Agréez, mon cher commandant, l’assurance sincère de tous mes sentiments les plus distingués.

Changarnier ».

 

Malgré la défaite des Marocains à Isly (14 août 1844), Abdelkader continue de combattre les Français et gagne la bataille de Sidi-Brahim (septembre 1845). Son échec à fédérer le soutien des tribus de l’Est (exceptés les berbères de l’Ouest de la Kabylie) pousse Abdelkader à se rendre au général Lamoricière le 21 décembre 1847. Sa reddition est acceptée et deux jours plus tard, la nouvelle est rendue officielle auprès du gouverneur général de l’Algérie, Henri d’Orléans, duc d’Aumale. Abdelkader sera envoyé en France où lui et sa famille seront détenus au fort Lamalgue de Toulon, à Pau et finalement au château d’Ambroise.


450 €