Vercors (Jean Bruller)

Jean Bruller dit (1902-1991).
Résistant et écrivain français.

Lettre autographe signée « Jean Bruller », (Paris), jeudi 30 (octobre 1946), à un « ami », 2 pages in-8, en-tête des Éditions de Minuit.

 

Vercors souffre du froid et ne peut travailler au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.

 

« Cher ami,

Si je vous embête, envoyées-moi promener. Mais si vous pouvez quelque chose pour moi, mille grâces d’avance !

C’est pour mon chauffage. J’ai tout : appareil, contrat, compteur. Sauf le principal pour pouvoir m’en servir : l’horloge pour heures creuses. Sans laquelle, en six jours, j’aurai dépassé mon contingent. Et à Jeannette, à la CPDE, on répond inlassablement : « patience, patience, c’est très long ». Mais combien, à peu près ? a dit Jeannette. « Oh deux, trois mois… » lui a t-on répondu. Alors je suis désespéré, parce que je ne peux absolument pas travailler quand j’ai froid, et que je n’ai aucun moyen de chauffer en attendant. 

Pouvez-vous quelque chose ? Intervenir auprès d’une « huile » ? Si vous me tirez de là, vous aurez ma reconnaissance éternelle.

Dès la Toussaint, nous allons être installés ici à demeure. Il ne nous manque plus qu’une table pour recevoir enfin les amis (heureusement, ça, ça se trouve). On aimerait mieux, aussi, qu’ils aient chaud…

À très bientôt, et merci d’avance !

Affectueusement 

Jean Bruller ».


200 €