Massacre de Transnonain (1834)

Masacre de la rue Transnonain à Paris. 
14 avril 1834.

Lettre intéressante d'un officier du 35e de ligne, au sujet des événemens de la rue Transnonain, imprimé deux pages in-4 (une feuille recto-verso), Imprimerie de Bacquerois et Appert, rue Christine, Paris, avril 1834.

 

Très rare imprimé reproduisant une lettre écrite par l'officier (et futur général) Pierre-Louis Charles de Failly (1810-1892) qui est resté célèbre pour sa grande cruauté dans l'histoire du massacre de la rue Transnonain.

 

« Le sang excite à verser le sang ; sa vue enivre : mais il n'est pas vrai qu'on puisse accuser nos soldats d'une cruauté qui n'est pas dans leur caractère… »

 

« En attendant les preuves judiciaires, voici un officier du 45e ligne qui repousse avec indignation les calomnies dont son régiment a été victime ; il a adressé au National la lettre suivante,

Aux rédacteurs du National.

"M. le Rédacteur,

En exposant les évènements malheureux dont la rue Transnonain a été le théâtre, vous avez paru accepter comme vrai tous les on dit que la malveillance et l'esprit de parti se sont plu à enfanter, et comme ils flattaient votre haine, vos antipathies, vous n'avez pas voulu attendre que la vérité tout entière sortit des débats qui venaient de s'engager, et vous n'avez pas craint de flétrir d'épithètes infamantes un régiment à qui l'on ne peut reprocher que son inflexibilité dans le devoir.

 

Aujourd'hui, nous repoussons hautement ces épithètes comme flétrissantes (...) Oui, nous sommes plus que des hommes faits pour massacrer et être massacré ; nous avons aussi un coeur qui se déchire au douloureux souvenir des événements qui viennent de se passer. Plus qu'à personne il nous est permis de nous plaindre, car nos pertes sont amères, nos plaies encore saignantes ; et cependant nous pleurons sur tout le sang versé. 

 

Nous déplorons les excès qui peuvent se commettre pendant l'exaltation du combat : le sang excite à verser le sang ; sa vue enivre : mais il n'est pas vrai qu'on puisse accuser nos soldats d'une cruauté qui n'est pas dans leur caractère. Oui, je le répète, nous déplorons les malheurs qui ont pu arriver ; mais nous ne les avons point provoqués, et le sang fratricide ne doit pas retomber sur nos têtes. 

(...)

Lundi au matin, cinq barricades sont enlevées par les voltigeurs commandés par l'intrépide capitaine Dupont de Gault, qui tombe blessé d'un coup de feu, au moment où, le premier, il franchit la dernière. Ma compagnie arrive dans la rue Transnonain. Des coups de fusil sont tirés des deuxièmes et troisièmes étages du n°12. Ce ne sont pas des on dit que je rapporte ici, mais des faits. Le brave capitaine Rey, à la tête de ses grenadiers, qui nous précédaient, est frappé à mort. L'ordre est donné de pénétrer dans les maisons d'où est parti le feu. Deux portes de magasin sont enfoncées avant la porte du n°12 ; un de ses habitants, loin de s'empresser à l'ouvrir, comme on a bien voulu le prétendre, tire un cou de fusil au moment où elle cède sous les efforts des sapeurs-pompiers (...) Personne, nous l'attestons sur l'honneur, n'a entendu les cris : voilà la ligne ! voilà nos libérateurs !

(...) des armes sont trouvées dans divers appartemens. Dira t-on qu'il n'y avait dans cette maison que des locataires paisibles et inoffensifs ? Qui donc a tiré et pourquoi ces étrangers ? Pourquoi un poignard sur une table, des fusils, des pistolets encore noircis de poudre et cachés à la hâte ?… »


200 €