Cousin (Victor)

(1792-1867)
Philosophe et homme politique français.

Lettre autographe signée, Bellevue, sans date (circa 1848), au ministre de l'Instruction Publique Achille-Narcisse de Salvandy, 3 pages in-8.

 

« La réhabilitation de notre grande philosophie nationale du 17e siècle… »

 

« Votre lettre, monsieur le Ministre, me trouve ici dans une profonde solitude d'où je ne sors que pour aller deux fois par semaine au Conseil en attendant que le temps plus assuré me permette de me rendre aux eaux (...) Je ne saisis pas bien votre scrupule ou plutôt je l'attribue à la forme dubitative que j'ai employée. Aimez-vous mieux cette forme :

"Qu'il est impossible de ramener l'honnête à l'utile et le devoir à l'intérêt". Autrefois on employait la forme affirmative, ce qui avait l'avantage de mettre en pleine lumière la maxime de l'université.

 

En général la bonne politique à Paris demande qu'il y ait toujours un sujet de morale et un sujet de théodicée pour manifester la direction que nous assignons à l'enseignement philosophique. Voilà l'essentiel. Ensuite, il faut ? les sujets à la langue dans laquelle ils doivent être traités. Le sujet de la composition française doit permettre aux jeunes ? de surpasser leur sentiment et de faire preuve aussi de talent littéraire. Je pense qu'ils trouveront matière à un plus noble développement et même à une solide éloquence dans la maxime qui fait l'honnête homme (…)

 

Je termine ici un petit volume consacré à la réhabilitation de notre grande philosophie nationale du 17e siècle et que je voudrais bien remettre en honneur pour l'Université. Cette philosophie enseigné dans mon école devrait les protéger contre d'injustes attaques. Y-parviendrons-nous ? Dieu seul le sait, mais je me conduis comme si je l’espérais…. ».


200 €