Polignac (Jules de)

(1780-1847)
Homme politique français.

Lettre autographe signée, Londres, 26 février 1829, à un duc, 2 pages in-8.

 

« On peut blâmer plus ou moins, chacun selon ses opinions, les actes de l'administration de Mr. Villèle ; mais il y a réellement folie ou passion à vouloir le mettre en jugement pour crime de trahison ou de concussion… »

 

« Je ne veux pas laisser partir Mr de Cambry, mon cher Duc, sans lui donner un petit mot de réponse à votre lettre du 15 de ce mois qu'il m'a remise il y a deux jours ; je n'ai pu la recevoir qu'aujourd'hui veille de son départ à cause d'une indisposition peu dangereuse mais fort douloureuse qui m'a forcé de garder solitairement la chambre ; c'est une fluxion accompagnée de violents maux de tête dont je ne suis pas encore délivré.

 

Le peu de temps qui s'est écoulé depuis que je vous aie vu jusqu'au moment de mon départ est cause que je n'ai pu rien avoir à vous faire dire : on pressait ce départ, j'ai du obéir. Je vous dirai franchement que la preuve que, dans votre lettre, vous semblez tenir d'un rejet de la proposition de M. L'abbé de ? en faveur de la modération de certains esprits en France ne me parait pas concluante : on peut, en effet, blâmer plus ou moins, chacun selon ses opinions, les actes de l'administration de Mr. Villèle ; mais il y a réellement folie ou passion à vouloir le mettre en jugement pour crime de trahison ou de concussion.

 

Recevez mon cher Duc l'expression de tous mes sentiments.

 

Le Pce de Polignac ». 

 

Jules de Polignac avait été nommé en 1823 ambassadeur à Londres. Il garda ce poste jusqu'en août 1829, date de sa nomination comme au poste de ministre des Affaires étrangères puis en tant que Président du Conseil sous Charles X. 


200 €