Monarchie de Juillet (1830)

Proclamation de la nouvelle Monarchie
Août 1830

« Proclamation du Roi au peuple français (extrait du Moniteur du 16 août 1830) », imprimé original, 2 pages in-4 (tâches de rousseurs), Imprimerie de Guillois, Passage du Caire, Paris.

 

On joint un portrait gravé du roi Louis-Philippe avec signature imprimée.

 

« Nous aurons, en quelques jours, assuré pour des siècles le bonheur et la gloire de la patrie… »

 

« Français !

Vous avez sauvé vos libertés ; vous m'avez appelé à gouverner selon les lois. Votre tâche est glorieusement accomplie ; la mienne commence. C'est à moi de faire respecter l'ordre légal que vous avez conquis. Je ne puis permettre à personne de s'en affranchir, car j'y suis soumis moi-même.

 

Il faut que l'administration reprenne partout son cours. De nombreux changements ont déjà été faits, d'autres se préparent. L'autorité doit être entre les mains d'hommes fermement attachés à la cause nationale. Un mouvement si prompt et si vaste n'a pu s'accomplir sans quelque confusion momentanée ; elle touche à son terme. Je demande à tous les bons citoyens d'entourer leurs magistrats et de les aider à maintenir, au profit de tous, l'ordre et la liberté.

 

Des réformes sont nécessaires dans les services publics. La perception de certains impôts charge le pays d'un pesant fardeau. Des lois seront proposés pour y porter remède. Dans cet examen, aucune réclamation ne sera étouffée, aucun intérêts oublié, aucun fait méconnu ; mais en attendant les lois nouvelles, obéissance est due aux lois en vigueur ; la raison publique le proclame ; la sûreté de l'État le commande. Que tous les hommes de bien emploient leur influence à en convaincre leurs concitoyens. Pour moi, je ne manquerai pas ni dans l'avenir à mes promesses, ni dans le présent à mes devoirs.

 

Français ! L'Europe contemple, avec admiration mêlée de quelque surprise, notre glorieuse révolution ; elle se demande si telle est en effet la puissance de la civilisation et du travail, que de tels évènements se puissent accomplir sans que la société en soit ébranlée. Dissipons ces derniers doutes ; qu'un gouvernement aussi régulier que national succède promptement à la défaite du pouvoir absolu. Liberté, ordre public, telle est la devise que la garde nationale de Paris porte sur ses drapeaux ; que ce soit aussi le spectacle qu'offre la France à l'Europe. Nous aurons, en quelques jours, assuré pour des siècles le bonheur et la gloire de la patrie.

 

Paris, 15 août 1830.

Signé Louis-Philippe… »


250 €