Vercors (Jean Bruller)

Jean Bruller dit (1902-1991).
Résistant et écrivain français.

Lettre tapuscrite signée "Jean Bruller", Coulommiers, 5 juillet 1982, à un ami, 1 page in-4.

 

"Mon cher ami,
j'admire ta patience pour retrouver "mon" Lorenzi. Le voici donc revenu au Bd des Moulins où j'avais fait sa connaissance il y a plus de trente ans, avant de perdre contact (et son adresse à Beausoleil) il y a une quinzaine d'années. Vous êtes presque voisins maintenant. Je vais lui écrire un mot. Merci !

Non, je n'ai aucun souvenir (ou plutôt si effacé que c'est comme rien) de ce TRAIN DE LUXE auquel, me dis-tu, nous avons collaboré ensemble. Qu'avais-je envoyé ? Rappelle le moi, ca m'amusera.

Ce que tu me racontes de ta progéniture m'amuse bien aussi. Bien sûr son nom à la radio ne m'avait pas échappé et je m'étais vaguement demandé s'il n'aurait pas quelque parenté avec toi. Mais je n'ai pas pensé que ce pourrait être ton fils.

Peut-être connait-il l'un de mes jumeaux (Jean-Louis) qui est chargé des décors à la S.F.P. Et toi tu aurais pu rencontrer l'autre (François), qui est chargé de la diffusion des éditions Maegt et organise partout des expositions, y compris en Amérique. Bravo pour "Vanity Fair" ! Tes proches 79 ans ne m'impressionnent pas : j'en ai 80 depuis fin février.

Je n'ai pas gardé de souvenir de Meerson. De toute la troupe, je n'avais gardé contact qu'avec Georges-André Martin (tôt disparu). Comment s'appelait cette énorme pinaiste que Girard nous emmenait écouter ? Tout cela, hélas s'efface... heureux du moins de t'avoir retrouvé !

Vale

Jean Bruller". 


200 €