napoleon sainte helene autographe

(Napoléon Ier) / Affaire Johann Philipp Palm (1806)

Affaire des pamphlets anti-français.
mars-août 1806.

 

Lettre signée d'André Dietrich, "Bourguemaître" de la ville de Donauworth (Bavière), 15 septembre 1806, au Maréchal Berthier, 3 pages in-folio.

Lettre de remerciement à la suite d'une grâce accordé par l'empereur Napoléon Bonaparte à la suite de l'affaire des pamphlets anti-français et de l'exécution du libraire Johann Philipp Palm (26 août 1806).

"À son altesse sérénissime le Prince Alexandre Berthier, Ministre de la guerre, Major Général de la Grande Armée.

Monseigneur,

J'ai eu le bonheur de recevoir le 1er de ce mois de votre Altesse Sérénissime une lettre bien gracieuse datée du 31 août, dans laquelle vous me faites connaître, en expression les plus touchantes que Vous vous intéressiez près Son auguste Majesté le grand Napoléon dans l'affaire de mon malheureux beau frère Joseph Schoderer.
Depuis le moment à jamais gravé dans mon coeur que vous daignates lui accorder votre généreuse et inappréciable protection j'ai tout espéré du premier d'entre les héros de tous les Siècles.

Je dois cependant avouer à votre altesse, la situation pénible et allarmante ou je me trouvais lors de la réception de votre 2eme lettre du 9 courant, laquelle en me tirant de l'état d'angoisse inexprimable, ou m'avait jetté l'affiche du jugement, m'a fait sentir tout le prix des paroles rassurantes de celle précédente. 

Cette alternative inespérée Monseigneur, m'a causée une sensation si subite, et si agréable, qu'il sera plus facile à votre coeur sensible et généreux de le concevoir, qu'à moi de l'exprimer. 

En un instant le bruit de cette heureuse nouvelle se rependit ; la famille et les Parents du malheureux Schoderer accoururent chez moi : ma maison qui au moment même était l'emblème du deuil le plus sombre, presenta tout à coup le tableau le plus attendrissant ; tous ! les mains levées vers le ciel, en le priant de conserver vos jours pour le bonheur des vos semblables nous lui adressions les plus sincères actions de grace et les larmes que la joie nous faisait répandre étaient les témoignages univoques de ce qui se passait dans nos âmes.

Oh que ce Magnanime Souverain a récompensé au centuple, mes faibles services ; tout mon Sang, si j'étais assez heureux de le verser pour lui..."


Cette lettre mentionne Schoderer qui était commerçant à Donauwörth et co-accusé avec Johann Philipp Palm d'avoir édité et répandu un pamphlet violent contre les français et Napoléon (L’Allemagne et son humiliation profonde fut publié par la librairie Stein. Cette œuvre de 144 pages était un appel à la résistance contre les Français et leurs alliés bavarois). 


450 €