autographe révolution

Gironde (1793)

TALLIEN Jean-Lambert (1767-1820)
Conventionnel, Montagnard, un des artisans du 9 thermidor

Document signé, Agen, 26 septembre 1793, en tant que "représentant du peuple par la Convention Nationale près les Départements de la Dordogne, de Lot & Garonne, de la Gironde », 2 pages in-folio avec en-tête et vignette, cachet de cire rouge.

 

« Mettre la gendarmerie nationale en état de réprimer toutes les manoeuvres contre-révolutionnaires »

 

« Considérant combien il est important en ce moment où les malveillants s’agitent de toutes parts, de mettre la gendarmerie nationale en état de réprimer toutes les manoeuvres contre-révolutionnaires,

Après en avoir conféré avec le C. Chancelé capitaine commandant sa gendarmerie du dépt de Lot et Garonne,

Avons arrêté les dispositions suivantes.

 

Article 1er Le citoyen Daunis 1er lieutenant à la Résidence de Monflanquin se rendra à Marmande pour y faire le service provisoire de Capitaine.

 

Article 2. Le Citoyen Deytier (…) se rendra à Monflanquin pour y remplacer provisoirement le C. Daunis.

 

Article 3. Le Citoyen Gasq lieutenant à la Résidence d’Agent se rendra à Villeneuve pour y remplacer provisoirement le C. Deystier.

 

Article 4. Au moyen des dispositions ci-dessus, la lieutenance à la Résidence d’Agent devenant vacante, nommons pour la remplir provisoirement le C. Gardette sur le patriotisme, le républicanisme et l’aptitude duquel nous avons pris des renseignements qui tous sont à son avantage.

Article 5. Requérons le Directoire du Département de Lot et Garonne de délivrer sans délai au C. Gardette une commission provisoire de lieutenant de la gendarmerie nationale (…)

 

Article 7. Le présent arrêté sera sur le champ mis à exécution et envoyé au C. Chancellé pour qu’il notifie aux Citoyens qui y sont compris les déplacements qui les concernent respectivement.

 

Tallien 

Commissaire de la Convention nationale ».

 

Envoyé en mars 1793 en mission dans le Loir-et-Cher et L’Indre-et-Loire pour activer la levée de centaines de milliers d’hommes, Tallien doit d’abord organiser la défense des deux départements face à l’insurrection vendéenne qui débute. Fin mai, Tallien rentre à Paris pour informer la Convention de la gravité de la situation en Vendée, mais surtout pour participer à la chute de la Gironde. C’est lui qui, avec Billaud-Varenne, fait renvoyer le 2 juin la pétition du département de Paris contre les Girondins au Comité de salut public, ce qui entraîne leur arrestation. Le 23 août 1793, Tallien est envoyé en mission avec le député Ysabeau dans le Lot-et-Garonne, la Dordogne et la Gironde, pour y assurer la levée en masse. Il instaure une commission militaire à Bordeaux pour juger les « fédéralistes », taxe les riches et décide de distribuer les terres incultes aux sans-culottes. 

 

650 €